COUTUMES DE PÂQUES

Le Grand Carême dure 40 jours, du Lundi pur jusqu’au Samedi de Lazare. Pendant ce carême, le lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi, on ne mange que de la nourriture préparé à l’eau et le samedi et dimanche, l’huile est autorisée.

Le Samedi de Lazare (Vrbica), tombe le samedi avant le Dimanche des Rameaux (Cveti – Pâques fleuries) qui tombe toujours le sixième dimanche du Grand Carême. Cette fête célèbre la résurrection de Lazare et l’entrée solennelle du Christ à Jérusalem où il fut acclamé par les enfants. C’est la fête des enfants qui vont ce jour-là à l’église et leurs parents leur achètent des clochettes suspendues à une bande tricolore qu’ils mettent autour du cou.

Pâques est une fête mobile, et elle est fêtée après le Pessah juif, le premier dimanche après la pleine lune qui tombe le jour même de l’équinoxe du printemps ou après, et jamais avant. Au plus tôt, cela peut être le 4 avril et au plus tard, le 8 mai. Les œufs de Pâques sont coloriés le Vendredi saint, le jour où on ne doit faire rien d’autre. Les gens se souhaitent joyeuses Pâques en disant : « Le Christ est ressuscité ! » et « Il est ressuscité ! »


Vendredi saint – le jour le plus triste du monde chrétien

RaspeceL’Eglise orthodoxe serbe marque le Vendredi saint, lorsque Jésus Christ fut condamné et crucifié au mont Golgotha, comme le jour le plus triste du monde chrétien. Le jour du Vendredi saint, on fait le jeûne, on ne mange que du pain et boit de l’eau. Selon la coutume, ce jour-là des œufs de Pâques sont peints, le plus souvent en rouge, qui symbolise le sang du Christ.

Pour les fidèles et l’Eglise orthodoxe serbe, le Vendredi saint symbolise le jour lorsque, selon les croyances, Jésus Christ était emmené de la maison du grand prêtre Caïphe chez le procureur romain Ponce Pilate, qui l’a condamné à la crucifixion. Ce jour-là, Jésus fut condamné et crucifié à Golgotha, où il est mort. Pendant que son corps subissait la torture la plus difficile connue à l’homme, il priait avec les mots « Pardonne-moi, Seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». C’était un sacrifice d’amour pour la salvation du monde, commémorée le Vendredi saint par les croyants orthodoxes.

Les préparatifs pour le jour le plus triste commencent jeudi soir et alors dans toutes les églises ont lieu des veilles. Les prêtres, vêtus d’habits sombres, lisent les 12 évangiles sur la passion du Christ devant le crucifix et les fidèles prient avec des cierges illuminés dans les mains.

Le Vendredi saint est, pour tous les chrétiens, le jour de jeûne strict et, selon le canon orthodoxe, c’est la nourriture préparée avec de l’eau. Ce jour-ci, les cloches ne sonnent pas et tous les services sont annoncés avec la simandre. Dans les temples orthodoxes, dans la matinée sont servies des Heures impériales et à 15h30 commencent les vêpres, consacrés à l’enlèvement du corps du Christ de la croix, lorsque sur une table spécialement décorée, devant l’autel, qui représente la tombe du Christ, est présenté le linceul, avec lequel les prêtres font trois tours autour de l’église, accompagnés par le son de simandre, ce qui représente, symboliquement, les funérailles du Christ. Le linceul est ensuite déposé devant l’autel et les fidèles viennent, en silence, l’embrasser, jusqu’à samedi soir, la veille de Pâques, qui est célébrée à partir de minuit. C’est en embrassant le linceul, qui symbolise la toile dans laquelle le corps du Christ était enveloppé suite à l’enlèvement de la croix, les fidèles rendent rituellement hommage à ses souffrances, par amour pour nous, les hommes.

Le jour du Vendredi saint on ne chante pas, il n’y a pas de joie et les cloches sont muettes depuis Jeudi saint jusqu’à Pâques, dimanche lorsque Christ est ressuscité.

Dans la majorité des régions, il est de coutume de peindre des œufs le jour de Vendredi saint, en rouge, qui symbolise le sang innocent du Christ et la vie nouvelle, qui naît de son sacrifice conscient. Le Vendredi saint est pour les chrétiens une expression de respect envers le sacrifice du Christ et de la foi qu’il n’y a pas de résurrection sans souffrance et mort.

Pâques - la plus joyeuse des fêtes chez les Serbes

jAJAPâques est la plus grande et la plus joyeuse des fêtes chrétiennes. Pour tous les chrétiens, qu'ils soient orthodoxes ou catholiques, la Résurrection du Christ après sa mort sur la croix sur laquelle il avait été crucifié, constitue l'essence et le sens de la foi en l'immortalité, le Royaume des cieux et de la Providence divine dans tout ce qui se passe sur terre.

Pâques est une fête qui tombe toujours le premier dimanche après la pleine lune après l'équinoxe vernal. Elle est précédée par le Grand Carême, surtout la dernière semaine ou Semaine Sainte. Tous les jours de cette semaine-là, qui est calculée à partir du samedi de Lazare et le dimanche des Rameaux, sont appelés les jours saints, jusqu'au Dimanche Saint, c’est-à-dire Pâques. La dernière semaine de la passion du Christ, la plus dure et la plus stricte pendant le Grand Carême, est une occasion pour les fidèles de s'identifier avec l'Homme-Dieu, afin de ressusciter dans un sens symbolique avec lui et vaincre ainsi la mort.

Le Jour du Seigneur ou de Pâques, les Serbes orthodoxes se rassemblent à l’église pour la liturgie festive de Pâques. Avant d'entrer dans l'église, une procession en fait le tour trois fois au son des cloches, et se termine par un rassemblement devant la porte de l'église, où un prêtre portant une croix, une bougie et un encensoir chante le troparion ou hymne de Pâques : « Le Christ est ressuscité d'entre les morts, par la mort, il détruit la mort, et donna la vie à ceux qui sont dans leurs tombes ! » L’office du matin de Pâques se termine par la liturgie solennelle, après laquelle les croyants se saluent en disant: le Christ est ressuscité, et affirmer leur foi en répondant : en vérité, il est ressuscité!
Le symbole de Pâques sont les œufs colorés, qui sont aussi les premiers aliments gras après le Carême. La coutume de coloration des œufs date de l'époque paléochrétienne lorsque Sainte Marie-Madeleine, disciple de Jésus-Christ, arriva à Rome, où elle offrit à l'empereur Tibère un œuf peint en rouge et le salua avec les mots: « Le Christ est ressuscité».

En Serbie, les œufs de Pâques sont le plus souvent peints en rouge et décorés de motifs les plus diversifiés. Il est de coutume qu’à Pâques, les gens « cognent » les œufs colorés. Selon la croyance, celui qui garde un œuf à la coquille intacte lors de ce rituel, aura du succès en tout pendant l’année.

Ce rituel est surtout apprécié par les enfants. Un des jeux préférés des enfants, dans le passé, était de laisser un œuf rouler d'un endroit élevé pour frapper un autre œuf qui se trouvait en bas. Ces dernières années, dans le village Mokrin, dans le nord du Banat, un concours d’œufs cognés est organisé, qui rassemblent non seulement les habitants de ce village, mais aussi ceux des villages avoisinants.

Le premier œuf peint est placé dans un lieu particulier dans la maison, où il reste jusqu’à Pâques de l’année suivante, comme symbole de protection de tous les membres de la famille contre toute adversité.