Saint Basile le Bienheureux, Thaumaturge de Moscou, naquit en décembre 1468 sous le portique de l'église Elokhov en l'honneur de l'Icône Vladimir de la Mère de Dieu, hors de Moscou. Ses parents étaient des gens simples, et envoyèrent leur fils apprendre le métier de cordonnier.
Durant son apprentissage, le maître fut témoin d'un fait extraordinaire, qui lui fit comprendre que son élève Basile n'était pas un homme comme les autres. Un marchand avait amené du grain à Moscou, sur une barge, et vint pour commander des bottes, précisant la manière dont il voulait qu'on les lui confectionne, parce qu'il ne viendrait pas en prendre livraison avant une année. Saint Basile répondit en larmes : "J'aimerais que vous les laissiez telles qu'elles sont, parce que vous ne les porterez pas". En réponse à la question pleine de perplexité du maître, l'apprenti expliqua que l'homme ayant passé commande ne porterait pas les bottes, mais au contraire mourrait bientôt. Quelques jours plus tard, la prédiction s'avérait exacte.
A 16 ans, le saint arriva à Moscou et entama le difficile exploit de la folie simulée. Dans la chaleur de l'été et dans le dur gel de l'hiver, il parcourait à pieds nus les rues de Moscou. Ses actions étaient étranges : ici il renversait une échoppe de "kalachi", et là il répandait une grande cruche de "kvas". Les marchands en colère battaient le bienheureux, mais lui il endurait leurs coups avec joie et en remerçiait Dieu. C'est alors qu'on découvrit que les kalachi avaient été mal cuits, et le kvas mal préparé. La réputation de saint Basile grandit rapidement : ils percevaient en lui un fou, un homme de Dieu, un dénonciateur du faux.
Un certain marchand avait l'intention de construire une église en pierre à Pokrovna dans Moscou, mais à 3 reprises, les arcs s'effondrèrent. Le marchand vint demander conseil au saint, et lui il lui indiqua Kiev : "Trouve là Jean l'Estropié, il te conseillera sur comment bâtir une église". Ayant fait le voyage de Kiev, le marchand chercha Jean, qui vivait dans une pauvre cabane et balançait un berceau vide. "Qui berces-tu?" demanda le marchand. "Je pleure pour ma chère mère, longtemps indigente à cause de ma naissance et de mon éducation". Alors seulement, le marchand se rappela sa propre mère, qu'il avait expulsée hors de sa maison, et il comprit pourquoi il n'arrivait pas à construire son église. Etant retourné à Moscou, il reprit sa mère chez lui, suppliant son pardon, et bâtit l'église.
Prêchant la miséricorde, le bienheureux aidait ceux qui avaient honte de demander des aumônes, mais qui en avaient besoin plus que quiconque. Un jour, il donna un riche présent impérial à un marchand étranger, qui avait été laissé sans rien. Bien que l'home n'aie rien mangé depuis 3 jours, il ne savait pas mendier de nourriture, du fait de ses beaux habits.
Le saint condamnait sévèrement ceux qui donnait des aumônes pour des motifs égoïstes, non par compassion pour le pauvre et le nécessiteux, mais par espoir de s'attirer facilement les bénédictions de Dieu sur leurs affaires. Un jour, le saint vit le démon déguisé en mendiant. Il était assis aux portes de l'église de la Toute-Pure, et à chacun qui lui donnait l'aumône, il l'aidait vite dans ses affaires. Le bienheureux saint dévoila la malice et chassa le démon.
Pour le Salut de ses voisins, saint Basile visitait aussi les bistrots, où il essayait de semer des graines de bonté, même en des gens passablement ruinés, et à les relever et les encourager par la gentillesse. Nombre de gens constatèrent que lorsque le saint passait près d'une maison en laquelle on s'était vautré dans l'alcool, lui, avec ses larmes, ceignait la maison. Ceux qui demandaient au fou ce que cela signifiait, il leur répondait : "Les Anges se tiennent en larmes en cette maison, et ils sont attristés par les péchés des gens, mais moi, en larme, je les supplie de prier le Seigneur pour la conversion des pécheurs".
Purifié par ses grandes oeuvres et par les prières de son âme, le saint reçut aussi le don de prédire l'avenir. En 1547, il prédit le grand incendie de Moscou; par ses prières, il éteignit un incendie à Novgorod; et un jour il fit de vifs reproches au Tsar Ivan le Terrible, parce que durant le divin office, il avait ses pensées à la construction d'un palais sur les collines de Vorobiev.
Saint Basile mourrut le 2 août 1557. Saint Macaire, métropolite de Moscou, célébra les funérailles du saint avec un grand concours de clergé. Son corps fut enterré à l'église de la Trinité, dans le cimetière où en 1554, on bâtit la cathédrale de la Protection de la Mère de Dieu en mémoire de la conquête de Kazan. Sa sainteté le patriarche Job proclama la glorification de saint Basile au Concile du 2 aôut 1588.
Dans une de ses plus anciennes icônes, saint Basile est représenté vieux, avec des cheveux blancs bouclés sur les oreilles, une barbichette blanche bouclée. Il est complètement nu, et tient un mouchoir dans sa main. La vénération de saint Basile a toujours été très importante dans l'église de la Trinité, et l'église attachée de la Protection a été redédiée à Saint Basile. (la célèbre cathédrale de Saint Basile à Moscou).
Les chaînes du saint sont conservées à l'Académie Spirituelle de Moscou.




Back

PayPal