Saint Dimitri (dans le monde, Daniel Savvich Tuptalo), naquit en décembre 1651 dans la région de Makarovo, pas loin de Kiev. Il vint au monde dans une pieuse famille, et grandit et devint un Chrétien profondément croyant. En 1662, peu après que ses parents se soient réinstallés à Kiev, Daniel fut envoyé au collège de Kievo-Mogilyansk, où les dons et remarquables capacités du jeune furent vite remarqués. Il étudia avec succès le Grec et le Latin, et toute la série des sciences classiques. Le 9 juillet 1668, Daniel entra dans la vie monastique sous le nom de Dimitri, en l'honneur du grand martyr Dimitri de Thessalonique. Avant l'été de 1675, il avait progressé à travers les obédience [ charges ] monastiques au monastère Kiev Kirillov, où il avait entamé ses activités littéraires et de prédication.
L'archévêque Lazar (Baranovich) de Chernigov ordonna Dimitri comme hiéromoine [ moine-prêtre ] le 23 mai 1675. Durant plusieurs années, le hiérmoine Dimitri vécut en ascète, et prêcha la Parole de Dieu dans divers monastères et églises d'Ukraine, Lituanie et Biélorussie. C'était pendant qu'il était higoumène du monastère Maksimovsk, puis plus tard du monastère de Baturinsk Nikol'sk. En 1684, on le fit venir à la Laure des Cavernes de Kiev. Le responsable de la Laure, l'archimandrite Varlaam (Yasinsky), connaissant les hautes dispositions spirituelles de son ancien étudiant, son éducation, sa propension aux oeuvres scientifiques, et aussi son indubitable talent littéraire, confia au hiéromoine Dimitri l'organisation de la Vie des Saints : les Menées pour toute l'année.
Dès ce moment et pour le restant de sa vie, saint Dimitri se dévoua à accomplir cette tâche d'ascète, grandiose dans son but. L'oeuvre demandait une énorme force, parce qu'elle nécessitait le collationnement et l'analyse d'une multitude de sources variées, et de les retraduire dans un language courant, digne du noble sujet exposé, et en même temps accessible à tous les croyants. L'assistance divine n'abandonna pas le saint durant ses 20 années de travail. Selon le témoignage de saint Dimitri lui-même, son âme était remplie des impressions des saints, qui le renforçaient tant moralement que physiquement, et l'encouragèrent à avoir la foi dans l'accomplissement de sa noble tâche. Et en même temps que cela, le vénérable Dimitri était à la tête de plusieurs monastères (successivement).
Les oeuvres de l'ascète lui attirèrent l'attention du patriarche Adrian. En 1701, par décret du Tsar Pierre 1er, l'archimandrite Dimitri fut convoqué à Moscou, où le 23 mars, dans la cathédrale de la Dormition du Kremlin, il fut ordonné métropolite du siège épiscopal de Sibérie, qui se trouvait à Tobolsk. Mais après un certain temps, à cause de l'importance de son travail scientifique et la fragilité de sa santé, le saint reçut une nouvelle charge, à Rostov-Yaroslavl, et le 1er mars 1702, il arriva comme métropolite de Rostov.
Comme auparavant, il continua à se préoccuper du renforcement de l'unité de l'Eglise Russe Orthodoxe, affaiblie par le schisme des "Vieux Croyants" [ = Raskolnik ].
Nombre de générations de théologiens Russes ont tiré la force spirituelle pour la créativité et la prière de ses oeuvres inspirées et prédications. Pour tous les Chrétiens Orthodoxes, il demeure un exemple de sainteté, d'ascèse, de vie sans cupidité. Après sa mort, le 28 octobre 1709, on ne lui trouva que fort peu de possessions, si ce n'est quelques livres et manuscrits.
La glorification de saint Dimitri, métropolite de Rostov, eut lieu le 22 avril 1757. On en fait aussi mémoire au 21 septembre, jour de la découverte de ses reliques.




Back

PayPal