Le saint Prince Théodore de Smolensk et Yaroslavl, surnommé le "Noir" (c-à-d "foncé" ou "basané"), naquit durant de terribles années pour la Rus' : l'époque de l'invasion Mongole, vers 1237-1239. Au saint Baptême, il reçut le nom du saint grand martyr Théodore Stratélate (8 février), qui était particulièrement considéré parmi les princes-guerriers Russes.
Le prince Théodore fut renommé pour ses exploits militaires. En 1239, par les prières de la Très Sainte Mère de Dieu, le saint martyr-guerrier Merkourios (24 novembre) délivra Smolensk qui allait tomber face à Batu, l'enfant Théodore n'était pas dans la ville. Ils l'avaient emené et caché dans un lieu sûr durant la guerre. En 1240, son père, le prince Rostislav, mourrut. Il était le petit-fils du saint prince Rotislav de Smolensk et Kiev (14 mars).
Ses frères ainés, en héritiers, divisèrent les terres paternelles entre eux, alouant à l'enfant Théodore la petite possession de Mozahisk. Il y passa son enfance, et y étudia les Saintes Ecritures, les Offices d'église et la science militaire.
En 1260, le prince Théodore fut marié à Maria Vasilievna, fille du saint prince Basile de Yaroslav (3 juillet), et Théodore devint ainsi prince de Yaroslav. Ils eurent un fils nommé Michael, mais saint Théodore devint vite veuf. Il passa le plus clair de son temps en campagnes militaires, et son fils fut élevé par sa belle-mère, la princesse Xénia.
En 1277, les forces alliées aux princes Russes, unies aux forces Tatares, prirent part à la campagne en Ossétie, et prirent "sa célèbre ville Tetyakov". Durant cette guerre, les forces alliées remportèrent une victoire totale. Depuis l'époque de saint Alexandra Nevsky (23 novembre), les khans de la Horde d'Or, voyant l'invincible force spirituelle et la puissance militaire de la Russie Orthodoxe, furent forcés de changer d'attitude. Ils commençèrent à conclure des alliances avec les princes Russes, et les kahns se tournèrent vers eux pour l'assistance militaire.
L'Eglise Russe fit usage de cette providentielle amélioration des relations pour l'illumination Chrétienne des étrangers.
Déjà en 1261, grâce aux efforts de saint Alexandre Nevsky et du métropolite Cyril 3 à Sarai, la capitale de la Horde d'Or, un diocèse de l'Eglise Orthodoxe Russe fut établit.
En 1276, un Concile à Constantinople présidé par le patriarche Jean Bekkos (1275-1282) répondit aux questions de l'évêque Russe Théognostos de Sarai concernant l'ordre de baptiser les Tatars, et aussi la réception des chrétiens Monophysites et Nestoriens parmi eux dans l'Orthodoxie.
Durant ces années, le prince Théodore était à la Horde. S'étant distingué par les exploits militaires de la campagne d'Ossétie, il gagna les faveurs du Khan Mengu-Temir, qui regarda l'Eglise Orthodoxe avec respect, Khan qui édicat pour le métropolite Cyril le premier décret exemptant l'Eglise des taxes.
La Chronique dit : "L'empereur Mengu-Temir et son impératrice aimaient beaucoup le prince Théodore Rostislavich, et ne voulurent pas qu'il retourne en Rus' à cause de sa bravoure et de la beauté de son visage".
Saint Théodore passa 3 ans à la Horde. Finallement, "l'empereur le renvoya avec grand honneur", et le prince arriva à Yaroslav. Son épouse Maria était déjà décédée, et dans la ville, c'était la princesse Xénia qui dirigeait avec son petit-fils Michael. Le peuple de Yaroslav ne voulut pas recevoir le prince qui revenait de la Horde, "ne lui permettant pas d'entrer dans la ville mais lui disant, 'ceci est la ville de la princesse Xénia et Michael est notre prince'."
Saint Théodore eut à retourner à la Horde. L'impératrice, épouse du khan Mengu-Temir, "l'appréciait beaucoup, et souhaitait qu'il épouse sa fille". Un tel mariage avait une importance considéralbe pour la Rus'. Longtemps durant, le Khan ne voulut pas y consentir, considérant les princes Russes comme des vassaux ou des sujets.
Donner sa fille en mariage à un prince Russe aurait signifié qu'il le reconnaissait comme son égal. Plus important encore, cela aurait signifié qu'il reconnaissait la primauté de l'Orthodoxie, parce qu'avant le mariage, la princesse Tatar devait accepter le saint Baptême. Le khan hésita longtemps, mais du fait qu'une alliance avec la Russie était importante pour lui, "il ordonna que sa fille soit donnée au prince Théodore, et qu'elle soit d'abord baptisée, et il ordonna que la Foi Orthodoxe ne soit pas insultée". Ainsi donc, saint Théodore épousa la fille du puissant khan, et elle fut baptisée sous le nom d'Anne. "L'empereur le tint en grande estime et commanda qu'il soit assis en face de lui, il lui bâtit un palais, et lui donna des princes et des nobles pour escorte."
C'est là, à la Horde, que les fils de saint Théodore, les princes David (+ 1321) et Constantine naquirent. L'importante influence que saint Théodore acquit à la Horde, il l'utilisa pour la gloire de la terre Russe et de l'Eglise Russe. L'Orthodoxie progressa parmi les Tatars, et la Horde commença à adopter les coutumes Russes, morale et piété. Les marchands Russes, architectes, et habiles artisans apportèrent la culture Russe sur les rives du Don, la Volga, l'Oural, et même en Mongolie.
De cette période, les archéologues ont trouvé des icônes orthodoxes, et des crosses et des lampadas, à travers tous les anciens territoires de la Horde d'Or, depuis lors incorporée dans la Russie. Ainsi commença le grand mouvement missionnaire de l'Eglise Russe vers l'Est, et l'illumination de toutes les tribus avec la lumière de la vérité de l'Evangile tout au long du chemin jusqu'au Grand Océan (c-à-d le Pacifique). Les princes Russes orthodoxes et leurs escortes, participant en tant qu'alliés aux campagnes des Mongols, apprirent beaucoup, et devinrent familiers avec les étendues sans bornes de l'Asie, Sibérie et de l'Extrême Orient. En 1330, une trentaine d'années après le décès de saint Théodore, les Chroniques Chinoises mentionnent les Russes à Péking.
Saint Théodore vécut à Sarai jusqu'en 1290, quand "les nouvelles lui parvinrent de Rus, de la ville de Yaroslav, que son premier fils, le prince Michael, était mort". Ayant donné au prince de riches présents et une grande escorte, le khan le renvoya en Rus'. Il redevint prince de Yaroslav. Saint Théodore se préoccupa avec zèle du renforcement et de la construction de sa ville et de sa principauté. Il avait un amour particulier pour le monastère de la Transfiguration du Seigneur.
Sa célébrité se répandit à travers la Rus', et tous les princes cherchèrent son amitié et alliance avec lui. Mais par dessus tout, il fut apprécié par le fils de saint Alexandre Nevsky, André Alexandrovich, qui le soutint dans toutes ses initiatives. Quand le prince André devint le Grand Prince de Vladimir, il l'accompagna dans ses campagnes militaires. Il se réjouissait de ses victoires, et se désolait de sa défaite. En 1296, une sanglante guerre fratricide éclata entre 2 groupes de princes : d'un côté, saint Théodore et le Grand Prince André, et de l'autre, Saint Michael de Tver (22 novembre) et saint Daniel de Moscou (4 mars). Mais avec l'aide de Dieu, le bain de sang fut évité.
Lors d'une réunion des princes (en 1296), les évêques Syméon de Vladimir et Ismaël de Sarai s'arrangèrent pour amener la paix des 2 côtés. Ce fait, que le saint prince Théodore et l'évêque Ismaël participèrent à la réunion, montre que saint Théodore utilisa tous ses talents diplomatiques à la Horde pour établir la paix sur la terre Russe.
Les attachements de Saint Théodore le Noir avec ses origines à Smolensk n'étaient pas disparus, bien qu'il aurait été difficile pour lui d'être prince de Smolensk. Dès lors, en 1297, saint Théodore partit en campagne à Smolensk pour réclamer ses droits légitimes sur la principauté de Smolensk, qui avaient été usurpés par ses neveux. Mais il ne parvint pas à reprendre la ville de Smolensk et à redevenir prince de Smolensk.
Peu après cette campagne, le saint prince-guerrier tomba malade. Le 18 septembre 1299, le saint donna l'ordre qu'on le transporte au monastère de la Transfiguration du Sauveur, et là il reçut la tonsure monastique. Vers la fin du rituel, saint Théodore demanda qu'on interrompe le service. Avec la bénédiction de l'higoumène, et pour répondre au souhait du prince mourrant, on le transporta dans le jardin du monastère, où une foule de gens de Yaroslav s'était déjà rassemblée. "Et le prince se repentit devant tout le peuple, s'il avait péché contre qui que ce soit ou eu de mauvais sentiments envers qui que ce soit. Il bénit tous ceux qui avaient péché contre lui ou conçu de l'inimitié à son égard, et supplia leur pardon. Il accepta sa responsabilité pour tous ses actes devant Dieu et les hommes." C'est seulement après cela que l'humble guerre complèta son désir d'achever sa vie peu commune et troublée en acceptant le schème angélique.
Toute la nuit durant, l'higoumène et les frères prièrent sur le saint prince. A la seconde heure de la nuit, ils commençèrent à sonner les cloches pour les Matines. Saint Théodore gisait silencieusement sur sa couchette de moine, et reçut les Saints Mystères du Christ. Quand les moines commençèrent à chanter le troisième "Gloire" du Psautier, il fit le Signe de la Criox et rendit son âme au Seigneur. Son aspect à la tombe était extraordinaire : "Merveilleuse en effet était l'apparence du bienheureux. Il gisait sur la couche non pas comme un mort, mais comme un vivant. Sa face brillait comme les rayons du soleil, ornée de ses vénérables cheveux gris, témoignant de sa pureté d'âme et de sa bienveillance".
Après cela, son fils, saint David (+ 1321) dirigea Yaroslavl. Le second de ses fils, Constantine, dût de toute évidence avoir décédé plus tôt. La vénération de l'Eglise pour le prince Théodore commença peu après sa mort dans la région de Yaroslav.
Durant les années 1322-1327, l'évêque Prokhor de Rostov fit réaliser le célèbre Evangile Théodorov, orné de miniatures, en mémoire de saint Théodore. Auparavant, l'évêque Prokhor avait été higoumène du monastère de la Transfiguration du Sauveur à Yaroslavl. Il connaissait personnellement le saint prince, et avait été témoin de sa tonsure et de sa repentance publique devant le peuple. Les historiens pensent que les délicates miniatures tissées dans ce précieux manuscrit proviennent d'un Evangile que saint Théodore possédait lui-même, et qu'il avait emmené à Yaroslavl comme une bénédiction de sa native Smolensk.
Le 5 mars 1463, on éleva les reliques du saint prince Théodore et de ses fils David et Constantine. Le chroniqueur, témoin occulaire de la scène, rapporte ainsi : "En la ville de Yaroslavl, dans le monastère du Saint Sauveur, ils levèrent de terre 3 grands princes : le Prince Théodore Rostislavich et ses fils David et Constantine, et ils les portèrent hors du sol. Le grand prince Théodore était un homme de grande stature, et ils plaçèrent ses fils David et Constantine à ses côtés. Leur stature était moindre que la sienne. Ils avaient reposé dans le même tombeau." L'apparence physique du saint prince marqua tant les témoins occulaires et ceux présents à la levée des reliques, qu'un récit en fut inclut dans le Prologue (Vies des Saints), dans la Vie de saint Théodore, et aussi dans le texte du Manuel pour Iconographes.
La Vie du saint prince Théodore le Noir fut écrite peu après la levée de ses reliques, par le hiéromoine Antoine du monastère du Sauveur à Yaroslav, avec la bénédiciton du métropolite Philippe de Moscou. Une autre version de la Vie fut écrite par André Yuriev, au monastère Saint Cyril du Lac Blanc. Une troisième et plus détaillée fut incorporée dans le "Livre des Rangs de la Généalogie Impériale", compilé sous le Tsar Ivan le Terrible et le métropolite Macaire.
Le peuple Russe composa des cantiques spirituels sur le prince Théodore, qu'ils chantèrent des siècles durant durant leurs "vagabondages infortunés". Les versets glorifient la piété du saint et son discernement, sa bienveillance et sa douceur de coeur, et son souci pour construire et embellir les églises. La complexité de sa destinée historique, la dûreté de l'époque, la multitude d'ennemis (non pas personnels, mais ennemis de la Russie et de l'Eglise), nous révèlent les grands exploits des saints bâtisseurs de la Terre Russe.




Back

PayPal