Saint Dimitri, Métropolite de Rostov, arriva dans la cathédrale de Rostov en 1702, et il visita en premier le monastère de Saint Jacques, évêque de Rostov (27 novembre et 23 mai).
Dans la cathédrale dédiée à la Conception de la Très Sainte Mère de Dieu, il servit la Liturgie, après laquelle, devant toute l'assemblée présente dans le temple, il montra du côté droit son futur lieu de sépulture en disant, "retenez ma place, c'est ici que je reposerai pour l'éternité". Saint Dimitri se reposa dans le Seigneur le 28 octobre 1709 (voir sa Vie à ce jour).
Contrairement aux voeux du saint, exprimés par sa volonté, le clergé et le peuple de Rostov demandèrent à l'évêque représentant le patriarche, Etienne Yavorsky, métropolite de Ryazan, qui était arrivé au funérailles, de célébrer l'enterrement à l'église cathédrale de la ville, et le placer aux côtés de saint Joasaph, le prédécesseur de saint Dimitri.
Le métropolite Etienne, suivant la volonté de son défunt ami, insista pour enterrer le corps de saint Dimitri à l'endroit désigné. Cependant, jusqu'à l'arrivée du métropolite Etienne, le lieu de sépulture ne fut pas préparé, bien que le décès aie eu lieu un mois auparavant.
A cause d'un départ urgent du métropolite Etienne de Rostov, on construisit en hâte un cadre en bois à placer dans le tombeau, dans lequel le corps du saint fut enterré le 25 novembre. Cette circonstance, prévue par la Providence de Dieu, mena à une rapide découverte des reliques.
En 1752, il fallut effectuer des réparations à la cathédrale du monastère, et le 21 septembre, durant les réparations du sol délabré, le corps incorrompu de saint Dimitri fut découvert. Le lieu de la sépulture était affecté à cause de l'humidité, le cercueil en bois et les écritures dessus étaient endomagés, mais le corps du saint, et même son omophore, sachos, mitre et son tchotki [ chapelet en soie ou laine ] étaient préservés intacts.
Après la découverte des saintes reliques, nombre de guérisons eurent lieu, qui furent rapportées au Synode, sur ordre duquel le métropolite Sylvestre de Suzdal et l'archimandrite Gabriel de Simonov arrivèrent à Rostov pour examiner les reliques de saint Dimitri, et enquêter sur les guérisons miraculeuses.
Un décret fut publié par le Synode le 29 avril 1757, ajoutant saint Dimitri, métropolite de Rostov, au nombre des saints, et établissant ses jours de Fête au 28 octobre (jour de son repos) et 21 septembre (invention de ses reliques).




Back

PayPal