La grande martyre Ketevan descendait de la lignée impériale Bagration, et était grande-fille de l'empereur Constantin de Kartalin (1469-1505). Etant devenue l'épouse de David, successeur de l'empereur Alexandre 2 de Kakheti (1577-1605), elle eut à gouverner elle-même l'empire. La profonde piété de l'impératrice se manifesta par son attention particulière aux besoins de l'Eglise de Géorgie, par la contruction d'églises, d'abris et de refuges pour les sans domicile fixe. Après la mort de son mari, sainte Ketevan s'installa dans la solitude.
Constantin (appelé Okayan), le frère de son mari, apostasia et entra dans l'islam, et sur les instructions du shah Abbas 1er, envoya des assassins pour tuer son père mourant, l'empereur Alexandre 2, et son frère George. Quand le crime fut accomplit, Constantin donna des ordres pour placer les corps des victimes de ses meurtres sur des chameaux et de les amener à l'impératrice Ketevan. Horrifiée par la monstruosité des actes, l'impératrice pleura les innocentes victimes, et les enterra dans la cathédrale d'Alaverdsk. L'impie, cependant, très embèté par l'honorable veuvage de Ketevan, la demanda en mariage, la menaçant d'user de la force si elle refusait.
L'impératrice Ketevan rassembla le peuple de Kakheti et marcha contre Constantin, battant l'impie apostat. Il périt d'une manière peu glorieuse avec nombre de soldats Perses. Sous la sage direction de l'impératrice Ketevan, la paix et la justice furent rétablies à Kakheti. Le shah Abbas 1er lui rendit son fils Teimuraz, qui bien qu'il ait vécu plusieurs années comme otage à la cour perse, avait préservé sa Foi Orthodoxe dans sa pureté.
Par la suite, le shah Abbas, menaçant la Géorgie de destruction, força les autorités féodales de Kakheti de lui remettre de célèbres otages. Parmi eux, volontairement, se trouvait l'impératrice Ketevan. Voulant détourner le désastre qui menaçait la nation Géorgienne et la Sainte Eglise, elle arriva à Ispahan. Le shah Abbas urgea l'impératrice d'apostasier Dieu en faveur du mahométanisme, mais il reçut un refus décisif.
Alors l'impératrice Ketevan fut jetée en prison, où elle passa 10 ans, accomplissant les souffrances du martyr. Jamais la vilénie des gens de la court de Perse, ni les offres fourbes du shah proposant de la faire impératrice du royaume Perse, ni les offres de grands trésors, ni les suppliques des gens de la court et nobles Perses -- rien ne fut en mesure de lui faire dire ne fut-ce qu'un seul mot de blasphème contre le Christ. Rien ne put éloigner la souffrante du Christ.
Ils la clouèrent en croix sur un arbre, et la torturèrent avec des barres chauffées à blanc. Un casque de métal brûlant fut placé sur sa tête, elle fut battue de tiges de fer, on lui arracha les ongles. La dense fumée de ses cheveux et de sa tête brûlants s'éleva vers le haut, et la bienheureuse martyre rendit son âme à Dieu le 13 septembre 1624.
Trois colonnes de lumière descendirent sur le corps de sainte Ketevan, signifiant sa victoire spirituelle. Les reliques de la sainte impératrice furent emportées à Rome dans la cathédrale du saint Apôtre Pierre, par des moines Augustiniens qui avaient été témoins de son martyre. Une partie des reliques (la vénérable tête et la main droite de la martyre) furent données par les moines Augustiniens à l'empereur Teimuraz 1 et placées sous le maître-autel de la cathédrale Alaverdi du Grand Martyr Georges à Kakheti. Le Katholikos-Patriarche Zacharie (1613-1630) inscrivit la grande martyre Ketevan au nombre des saints et établit sa Fête au 13 septembre.




Back

PayPal