Saint Macaire naquit à Alexandrie, au commencement du IVe siècle. Il passa son enfance dans une grande pureté de cœur.

Cette âme d'élite n'était point faite pour le monde, et Dieu fit naître en elle la noble passion de marcher sur les traces des Antoine, des Pacôme et de tant d'illustres saints qui, vivant dans la solitude des déserts, au milieu des plus effrayantes pénitences, étaient la gloire de l'Église et l'admiration du monde. Sa ferveur le fit tellement avancer, dès sa jeunesse, en la perfection évangélique, qu'on le regardait à bon droit comme un maître dont les essais égalaient déjà les merveilles de vertus des vieux solitaires. Son recueillement était continuel ; Macaire ne parlait qu'à Dieu. Ses austérités dépassaient toute imagination ; après avoir vécu plusieurs années ne mangeant que des herbes crues, il en vint bientôt à ne manger qu'une fois par semaine. Non moins admirable était son détachement : un jour il présenta lui-même au voleur qui venait de dévaliser sa pauvre cellule un instrument de travail que le malheureux n'avait pas aperçu. L'âme de toutes ces héroïques vertus, c'étaient la contemplation et la prière ; il y passait ses jours et ses nuits : « Allons, mon âme, disait-il, montez au ciel et méprisez toutes les vanités de la terre. Vous y trouverez un Dieu, créateur de l'univers, que les anges adorent - à Lui seul il faut vous attacher. » Est-il étonnant que le saint soit devenu la terreur des démons ?

Saint Macaire joignit à tant de gloires celle d'être persécuté par les hérétiques ariens. Il s'endormit dans la paix du Seigneur, vers l'an 394, après plus de soixante ans passés dans la solitude.




Back

PayPal